Organisation et partenariat

logo cemea

"Les Ceméa sont à la fois                                                                                

-  Mouvement d’éducation nouvelle,

-  Association d’éducation populaire

-  Organisme de formation dans les champs de l’éducation , l’animation, l’action sociale, la culture

-  Entreprise de l’économie sociale et solidaire

Association Loi 1901, les Ceméa sont un mouvement de personnes engagées dans des pratiques autour des valeurs et des principes de l’Éducation nouvelle et des méthodes d’éducation active, pour transformer les milieux et les institutions par la mise en action des individus.

Pour faire partager et vivre ces idées par le plus grands nombre, les Ceméa ont choisi un outil privilégié : la formation.

Les Ceméa offrent une diversité de stages ancrés dans les réalités quotidiennes de l’éducation, de l’animation, de la santé et de l’action sociale.

Les Ceméa enrichissent leurs actions à partir d’espaces de recherche et de rencontres articulés avec l’organisation de manifestations publiques et, les prolongent à travers des publications écrites ou audiovisuelles, outils de développement, de réflexion et d’innovation."

Source : www.cemea-languedoc-roussillon.org

logo pec

"Réseau d’associations d’éducation populaire, Peuple et Culture mène depuis 60 ans un même combat : la lutte contre les inégalités culturelles et pour le droit au savoir tout au long de la vie.

Lorsque les fondateurs de Peuple et Culture descendent des plateaux du Vercors ou sortent des camps de concentration, ils sont héritiers d’une histoire : celle du Siècle des Lumières et de la République française.
Depuis Condorcet, des militants se sont mobilisés pour que l’article II sur la libre communication des opinions soit accompagné par le droit à l’éducation et à la culture.
Mais, plus particulièrement, l’équipe initiale appartient à la génération du "Front populaire". Joffre Dumazedier, Bénigno Cacérès, Paul Lengrand, Joseph Rovan et tous ceux qui ont participé aux premières réunions à Grenoble, à Annecy puis à Paris, avaient entre 20 et 25 ans lorsque le gouvernement du Front populaire est arrivé au pouvoir. Ils ont appartenu aux "Auberges de la Jeunesse", mouvement à l’esprit libertaire associant activités de plein air et culturelles, convivialité et ferveur militante pour l’avènement de ce nouveau monde où le besoin de culture deviendrait une force identique à "celle de la faim" selon la belle expression d’Antonin Artaud.

L’objectif des fondateurs de "Peuple et Culture" est clairement affirmé dans un manifeste rédigé cette même année 1945. Il s’agit de "rendre la culture au peuple et le peuple à la culture".
Le Manifeste "Un peuple, une culture", élaboré au cours de l’été 1945, pose avec force les principes de base de l’engagement militant :
- Le Manifeste s’affirme d’abord comme un témoignage collectif : "Ouvriers, syndicalistes, ingénieurs, officiers, professeurs, artistes, nous nous efforcerons de poser suivant les réalités de l’époque, les bases d’une véritable éducation des masses et des élites".
- Lignes d’action : "La culture populaire ne saurait être qu’une culture commune à tout un peuple. Elle n’est pas à distribuer. Il faut la vivre ensemble pour la créer".
- Un nouvel humanisme : "La culture naît de la vie et retourne à la vie… L’humanisme nouveau n’est pas une conception a priori, il est simplement un ensemble de principes qui s’exprime dans un style de vie personnel et collectif : il est la base d’une culture commune".
- Des méthodes : l’éducation populaire doit élaborer des méthodes pédagogiques originales, tel l’entraînement mental, historiquement conçu et mis en œuvre par Joffre Dumazedier, Bénigno Cacérès et Peuple et Culture."

Source : www.peuple-et-culture.org/